Séides d'Aazarh

Forum du Club de jeux de figurines de Louvain-la-Neuve : les Séides d'Aazarh
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La VRAIE histoire de Aazarh, révélée par Ghiznuk, premier Archiprêtre de Aazarh (autoproclamé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ghiznuk
Ancien président
avatar

Nombre de messages : 2449
Localisation : Elfes Noirs, Bêtes des bwé
Loisirs : WARHAMMER
Date d'inscription : 05/06/2005

MessageSujet: La VRAIE histoire de Aazarh, révélée par Ghiznuk, premier Archiprêtre de Aazarh (autoproclamé)   Dim 28 Sep 2008 - 15:17

Par Maître Zernethy, Archiviste du Collège des Hiérophantes de la Lumière, avec l'autorisation expresse du Père Gottfried Serpindorff, Sacristain de la Cathédrale de Sigmar à Altdorf.

Aazarh était un Champion du Chaos notoire, qui est encore vénéré de nos jours par nombres de sectes et d'individus peu recommandables en tant que Saint-Patron des joueurs de dés.

Les avis divergent, mais tous les érudits s'accordent à dire qu'il était un Champion de Tzeentch qui sema la désolation dans le Comté de Hochland au 23è siècle après Sigmar. Avec sa horde de créatures hurlantes et rampantes, il assiégea la ville de Herzig et la réduisit en cendres pour la quatorzième fois de son histoire. Là, le Duc Heinrich-Frank von Sprutzen lui envoya un émissaire, demandant grâce pour les habitants de la ville en ruine. Aazarh fit venir le Duc et lui proposa ceci : que le sort des habitants soit réglé par un double jet de dés : sur un résultat de 2, il trancherait la tête de tous les enfants de moins de 6 ans et ferait traîner leurs corps par ses chars jusqu'à la ville de Talabheim ; sur un jet de 3 ou 4, il ferait arracher les orteils, les doigts et la langue de tous les habitants et les leur ferait manger, avant de les noyer enchaînés les uns aux autres dans le fleuve Talabec, à l'exception de sept habitants qui seraient épargnés et qu'on conduirait à Talabheim pour raconter leur défaite à leurs pairs ; sur un jet de 5 ou 6, il crèverait de ses mains les yeux du Duc, lui briserait les bras et les jambes, puis le pendrait par des crochets dans ses épaules sur la grand' place de la ville, enduit de confiture, pour que les corbeaux le dévorent ; sur un jet de 7 à 9, il accorderait la vie sauve aux habitants ; sur un jet de 10 ou 11, il s'engagerait à les aider à reconstruire la ville ; sur un jet de 12, il se livrerait lui-même à la Très-Sainte Inquisition.

Le Duc, peu emballé par ce marché aléatoire, mais ne voyant pas d'autre solution, lança les dés. Les dés tombèrent sur le plateau en argent que lui tendait un mutant difforme et bossu. Ils rebondirent... ils roulèrent... ils tournèrent... tournèrent encore... sur leur pointe... chacun montrant à la fois les résultats de 1, 2, et 3... Le Duc restait bouche bée, la tête penchée sur le plateau, tandis qu'Aazarh, levant les bras au ciel, déclarait que tous les résultats de 2 à 6 lui avaient été donnés par les dieux. Attrapant la tête du Duc qui protestait encore en hurlant, il lui enfonça les pouces dans les orbites... et les habitants furent conviés à leur dernier festin de doigts, puis alignés, enchaînés et noyés, tandis que les mères pleuraient et criaient des paroles inarticulées en voyant les corps de leurs enfants décapités brandis devant elles.

La nuit, alors que Morrslieb la maudite luisait de sa teinte la plus vive, une entité démoniaque luisante apparut à Aazarh, l'illuminant de jaune et de rouge étincelant. Elle déclara de sa voix abyssale que Aazarh avait été choisi par le Seigneur du Changement, et était libéré de son enveloppe charnelle, que son âme puisse servir le Changement partout où cela était requis. Un cri surnaturel s'échappa du corps de Aazarh, et, alors que son armure de plaques se déchirait, un faisceau lumineux surgit de son corps, de ses yeux et de sa bouche. Puis un nuage brillant mauve et orange flamboyant s'échappa de son orifice buccal, prit forme humaine, et s'éleva dans les cieux. La horde de Aazarh fut peu de temps après décimée par un escadron mené par le Reikmarschall de l'époque.
Ce récit nous est parvenu par Elsa Renbad, Dietrich Pofsnerheim, Fermir Gasmut, Reinhardt Halloberg, Maria Jacobson, Susana Freimann, et Helmut Kriegstudver, les sept survivants du massacre de Herzig, en le mois de Sommerzeit de l'année 2347, qui furent placés dans le grand hospice de Shallya à Altdorf pour le soin de leur âme.

Depuis cette date, plusieurs manifestations d'une entité nommée "Aazarh" ont été mentionnées. Cette entité apparaît en général sous les traits d'un mage d'un ordre indéterminé, vêtu d'une robe bleue et dorée, et d'un grand chapeau. Il accorde la chance à ceux qui l'aident, et maudit ceux qui lui refusent leur soutien. Les tâches qu'il demande sont souvent insignifiantes, mais on suppose que chacune doit servir un des desseins du Seigneur du Changement. D'autres ont dit avoir été béni simplement après avoir mentionné son nom pour lui accorder une prière. Son culte, bien que mineur, semble s'être étendu à certains de nos généraux, qui disent qu'un petit coup de pouce de Aazarh n'est jamais perdu. A ceux-là, nous devrions rappeler qui est véritablement ce "Saint" qu'ils arrosent ainsi de leurs prières impies.

Fait à Altdorf, Backertag le 25 du mois de Sommerzeit 2522

_________________
GhÂÂÂÂÂrRRnn !! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La VRAIE histoire de Aazarh, révélée par Ghiznuk, premier Archiprêtre de Aazarh (autoproclamé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La VRAIE histoire de Aazarh, révélée par Ghiznuk, premier Archiprêtre de Aazarh (autoproclamé)
» Histoire des Légions Space Marines
» [Anniversaire] la vraie histoire des Yapukas
» elrhod et le blaireau(histoire vraie)
» Yanni; de la vraie musique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Séides d'Aazarh :: Le petit fourre-tout :: Archives :: Récits et background-
Sauter vers: